Extraits du film réalisé par le roi Norodom Sihanouk
et présentant des sites du Bokor

Rose de Bokor générique français

Cambodge. 1969. Sorti en 1979.
Couleur. Procédé couleur : Eastmancolor.
Sonore. Format d’origine 35mm.
Métrage d’origine : 2688m. 98 min.
Fiction – Film historique
Réalisation : Samdech Norodom Sihanouk
Société de production : Khemara Pictures
Scénariste et dialoguiste : Samdech Norodom Sihanouk
Collaboration artistique : Thun Hak Hang
Conseiller technique : Ieu Pannakar
Directeur de la photographie : Sam Al Som
Musique : Norodom Sihanouk


observation

Le 18 mars 1970, le coup d’état des Khmers-Républicains interrompit la sonorisation du film. En 1979, le montage et la sonorisation du film (en coréen) s’achèvent en République Populaire Démocratique de Corée.


distribution

Rose de Bokor générique khmer

Norodom Sita Forsinetti: Sita
René René Laporte: Georges Sicot
Or Pho: Bokor City Mayor
Sisowath Poracsi: Sopha Sicot
Monique Sihanouk: Rosette Sicot
Norodom Sihanouk: Ichiro Hasegawa
Mr. Spaccessi: Administrateur du Bokor Palace

http://www.cnc-aff.fr


Résumé
La reine Monique Sihanouk dans le film Rose de bokor

La reine Monique Sihanouk

Le 9 mars 1945, le Cambodge, sous protectorat français, est envahi par le Japon. A Bokor, le colonel Hasegawa réquisitionne l’unique hôtel de la ville et  proclame l’indépendance du Cambodge. Il rencontre Rosette, une franco-cambodgienne, propriétaire d’une exploitation de fleurs et légumes. Conquis par sa beauté, il lui offre une protection discrète. Le peuple cambodgien est divisé entre sa fidélité à la France et l’aide proposée par les libérateurs. Les colons français et les Cambodgiens sympathisants se réfugient dans la forêt et combattent l’envahisseur. L’oncle, la belle-soeur de Rosette sont tués, et son frère fait prisonnier. Quelques mois plus tard, le 16 août 1945, le Japon capitule devant les Britanniques. Avant de quitter le pays, le colonel libère le frère de Rosette. Le Cambodge réclame son indépendance.


le film en intégralité sur le site du roi Norodom Sihanouk

norodomsihanouk.info


la gallerie des photos du film

http://bokor.kamboo.com


la critique de Cinémasie
Sihanouk-Rose-de-Bokor

Le roi Norodom Sihanouk dans le rôle d’un officier japonais

A quoi faut-il s’attendre, lorsque Nodorom Sihanouk met en scène une vision toute personnelle d’un épisode de L’Histoire cambodgienne auquel il a été intimement lié en tant que Souverain? Surtout que le générique de début rend mille mercis à la précieuse collaboration avec la Corée du Nord pour mener le film à ses fins (gratitude exprimée en anglais…ET chinois!).

les amitiés nord-coréennes de Sihanouk

A une pénible variation de l’Histoire pour des vrais. En même temps, il témoigne de l’incroyable versatilité du metteur en scène; non pas seulement pour habilement brouiller les repères entre support filmique et sa réelle personnalité, mais également de sa propre implication politique.

29 Route Rose de Bokor, 1969 33

Amené au pouvoir par les autorités françaises (régie – à l’époque – par le Gouvernement de Vichy), il aura, certes, contribué à une certaine stabilité politique étant le fruit de deux hiérarchies royales concurrentes pour l’ascension au trône, mais en déjouant également les plans de l’occupant à servir de simple pantin. Malgré son jeune âge (19 ans à l’époque de sa première ascension au trône) et le lien fort avec les français, il va parfaitement tirer son épingle du jeu en la trouble période politique de la seconde Guerre Mondiale.

52 Black Palace Rose de Bokor, 1969 03

Alors que les japonais laissent tout d’abord les français gouverner le Cambodge sous le régime de Vichy, ils se ravisent à l’approche de la fin du conflit et mettent brutalement fin le 9 mars 1945. Le Cambodge est déclaré une première fois comme indépendante avant la restauration (provisoire) française. Sihanouk use de la situation en dénonçant le protectorat le 12 mars, alors que le gouvernement se rapproche des japonais avant qu’un profond sentiment anti-nippon précipite la fin du “règne” des japonais. Sihanouk a réussi – en quelques mois – à neutraliser l’opposition de gauche, et est en position de force pour négocier l’indépendance avec ses “amis”, les français, ce qui le met également à l’abri de la Guerre de l’Indochine.

46 Panorama Rose de Bokor, 1969 14

“La rose de Bokor” se garde bien évidemment à rentrer autant dans les détails en en s’attachant qu’au 9 mars 1945; mais Sihanouk se taille une nouvelle fois le beau rôle d’un personnage fictif en parallèle d’une sorte de réalité historique. Ce faisant, les français sont parfois décrits comme des précieux partenaires, parfois comme ceux ayant reconnu la vraie valeur du Cambodge; alors que les japonais écopent – déjà – du rôle de vils envahisseurs (faut bien contenter les coproducteurs chinois et nord-coréens).

31 Bokor Palace Rose de Bokor, 1969 30

 

un résultat absolument indigeste

Bref, le tout donne un résultat absolument indigeste entre contre-vérité historique et trame à l’eau de rose à peine esquissée, avant que Sihanouk souhaite mettre tout le monde d’accord en interprétant des longues minutes durant, l’une de ses propres compositions au piano sur fond d’images de la “Belle Cambodge” (et de comparer sa femme Monique à une rose dans un montage parallèle totalement déplacée et ridicule). Pour les fanas du Roi, y a aussi son magnifique chien, qui fait une apparition… Le plus pénible est de s’imaginer qu’une telle œuvre ait été préservé au détriment d’autres films sans aucun doute bien plus précieux pour L’Histoire du Cinéma…

www.cinemasie.com

voir aussi
Partage

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Répondre

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>