Les stations climatiques offrent aux Européens, pendant la saison chaude, des conditions de températures se rapprochant de la métropole afin d’éviter des rapatriements massifs et coûteux.

La montagne étonne par l’étrangeté de ses paysages et de ses rares habitants. Et  d’abord, quels étaient ces bonzes et ces nonnes annamites ignorés de tous, qui dissimulaient depuis des années  leurs retraites sur ces cimes désertes, disputant aux fauves les cavernes pour y dresser leurs autels?

Bokor, en khmer ភ្ បូកគោ,  signifie « la bosse [kor] du zébu [bo] »
Nous voilà dans le « Palace». Pour le moment, que des murs qui luisent et suintent sous l’averse, un hall splendide et, nu, le trou béant d’une citerne, mais surtout, dévalant sous les fenêtres, le spectacle vertigineux d’un gouffre où les nuages se brassent, dévalent, roulent, s’étirent
Ce qui règne au long de ces esplanades, c’est la nostalgie des abandons, c’est la douceur inquiète de ces parcs déserts où se complaît l’humeur de châtelains singuliers.
Le Val d'Emeraude évoque avec ses cultures savamment disposées en gradin, ses fleurs, ses arbres fruitiers, ses pâturages, son troupeau et son ruisseau, une de nos plus belles exploitations agricoles de France.

“Ils ont fait, les Blancs, une station qui s’appelait Bokor. Ils l’on faite avec les forçats. des forçats vietnamiens. J’ai occulté Bokor. Mais Bokor, ça faisait partie de la chaîne des Éléphants où j’allais avec mon frère pendant la sieste pour tuer les singes”

Les stations climatiques offrent aux Européens, pendant la saison chaude, des conditions de températures se rapprochant de la métropole afin d’éviter des rapatriements massifs et coûteux.

Ce 14 février 1925, une salle de bal avec orchestre et un dîner de luxe attendait les convives. Il y avait du champagne et du vin. Tout était prêt pour célébrer l’inauguration tant attendue du Bokor Palace Hôtel.  

On est venu en nombre, samedi, se réjouir de la naissance heureuse de l’enfant cher à M. Baudouin. Pardon ! Du palace. Or, le lendemain, un dimanche pourtant, il n’y avait presque plus personne au Bockor. Quel génie malfaisant les avait-il donc chassés du lieu enchanteur ?

Tous les légumes de France poussent au Val d’Eméraude où coule une rivière aux eaux vives : le Chos Prom. Le service de l’Agriculture y a installé une suite de jardins suspendus absolument merveilleux : potagers et fruitiers. Les fraises et les petits pois du Bókor sont réputés et tous les légumes sont donnés en cession, à des prix défiant toute concurrence, aux deux hôtels et aux particuliers qui en font la demande.
On vit ici sur la terre en vapeur et l’on prend soi-même, en quelques heures, le parfum du lieu et une couleur verdâtre de mauvais champignon.

Pendant la première guerre d’Indochine, la station est prise et dévastée par des combattants vietminh et Khmer Issarak. Pendant les années 1950, la jungle envahit la route. Le Bokor n’a plus ni eau ni électricité.

La route d’accès avait été partiellement envahie par la jungle, l’hôtel et les quelques bâtiments encore debout menaçaient ruine, plus d’eau, plus d’électricité, une cité morte.

Le Cambodge est probablement le seul pays au monde qui fait fonctionner une salle de jeu à  perte.

Ce mont est resté bien après l'Indépendance un fief français. Peu de Cambodgiens montaient dans ce lieu admiré ou craint pour ses bons ou mauvais génies

Vers la fin des années 1990, de rares touristes affrontent des heures de trajets sur une route défoncée par les pluies.