Chronologie du Bokor

  • Lancement des stations sanitaires dans les colonies

    Le Ministre des Colonies Gatson Doumergue fixe dans sa Circulaire n° 503, en date du 15 novembre 1904, les directives d’après lesquelles devait être poursuivie l’installation des stations sanitaires maritimes et des stations sanitaires d’altitude — [Laurent Joseph Gaide. 1931] Les stations climatiques offrent aux Européens, pendant la saison chaude, des conditions de températures se rapprochant de la métropole afin d’éviter des rapatriements massifs et coûteux.

  • Première mission de reconnaissance

    "La première mission d’exploration de la Chaîne de l’Éléphant a été accomplie en Avril 1917 par MM. Bornet, Chef du Service du Cadastre et Gourgand. Chef du Service Forestier au Cambodge. Le 27 Avril, ces deux fonctionnaires quittent Kampot en sampan, remontent la rivière jusqu’aux rapides de Kamchay. Le 28 Avril au matin, guidés par des indigènes, ils s’engagent dans un sentier, remontent le cours d’un torrent et campent au soir à 636 mètres d’altitude dans une grotte d’’où se sont enfuis à leur approche plusieurs Annamites. Le 29 avril, la colonne débouche sur le plateau, le 30 avril, elle atteint la falaise donnant sur le golfe de Siam." [Armand Rousseau]

  • Un poste forestier à Popokvil

    "Un poste forestier permanent est installé dès le mois de juin 1917 aux Cascades de Popokvil et fut confié à M. Vincent, garde forestier, dont les observations et les études sur le climat et les essais de culture et l’élevage ont donné depuis un an les résultats les plus concluants." [Armand Rousseau]

  • Inauguration des 32 km de la route du Bokor, 1000 à 2000 morts

    "Comme par un remords d'avoir trop tardé, on voulait réaliser vite et grand, à coup de vie humaines et de milliers de piastres. Une frénésie se déchaînait pour l'achèvement coûte que coûte de la route d'accès au plateau de Popokvil et pour l'édification de palaces somptueux." [Roland Meyer]

  • Premier bungalow

    "Le bungalow provisoire de Bockor, construit à proximité du futur grand hôtel dont les bâtiments prennent déjà tournure, comprend un pavillon qui sert de salle à manger et cinq châlets de quatre chambres chacun, très bien aménagés et meublés avec goût." [Ag. gén. des colonies, n°197. 1924]

  • Fondation de la station d'altitude du Bokor

    Une ordonnance du 13 avril 1922 du Roi Sisowath autorise la fondation de la station. Sont prévus "un hôtel de vingt-cinq chambres possédant toutes un cabinet de toilette et une salle de douches", la villa du Résident Supérieur, un bureau de poste, une usine électrique, une infirmerie, une maison de repos de la Mission, l’hôtel Beau-Site (l’ancien bungalow agrandi et aménagé) et une stations agricole (le Val d'Emeraude). Au kilomètre 22, seront installés le chalet du Résident de Kampot et une station laitière.

  • Inauguration du Bokor Palace Hôtel

    14 février 1925. — "On est venu en nombre, samedi, se réjouir de la naissance heureuse de l'enfant cher à M. Baudoin, pardon ! du palace. Dames amplement décolletées, malgré un froid à glacer la moelle des os, Messieurs en smoking, choisis dans les milieux sélects, rivalisaient d'élégance et de gaîté. Tout le monde trouvait que les choses se passaient à merveille, et, l'élémentaire courtoisie l’exigeait, on ne tarissait pas d’éloges sur l'œuvre de M. Baudoin et sur M. Baudoin lui-même."

  • Les Vietnamiens reprennent le Bokor

    Pendant trois mois, des Khmers Rouges réfugiés dans l'église affrontent des troupes vietnamiennes installées dans le palace.Malgré la victoire vietnamienne, les Khmers Rouges occupent le Bokor par intermittence pendant les années 1980.

  • Construction du chalet royal au km 22

    Construction d'un chalet (le « Palais Noir», Damnak Sla Khmao) pour le roi Sisowath Monivong sur le site Albert-Sarraut à la place de la villa du Résident de Kampot. Il y décèdera en 1941.

  • Premier abandon de la station

    Le Palace est transformé en hôpital pendant la première guerre d’Indochine. La station d’altitude est prise et dévastée par des combattants vietminh et Khmer Issarak dont le groupe du « Dragon Noir ». Le chalet du Résident Supérieur est détruit

  • Inauguration de la nouvelle
    "Cité du Bokor"

    Le 2 janvier 1962, Norodom Sihanouk inaugure la "Cité du Bokor". Les bâtiments existants sont rénovés (à l'exception de la Villa du Résident Supérieur). De nouvelles constructions voient le jour (chateau d'eau, annexe du Palace, résidence de Sihanouk, commissariat de police, mairie, centre de repos de l'armée). Un casino est ouvert dans un des deux nouveaux hôtels près du réservoir (Hotels KJiri et Sangkum).

  • Transfert du casino à Kep

    Le casino est fermé. Il est transféré le 1er juin 1964 à la station balnéaire de Kèp-sur-mer, à l'Est de Kampot

  • Le Bokor à la Chambre des députés

    Le 1er décembre 1926, les dépenses somptuaires ainsi que les nombreux morts qu'a occasionné la construction de la station d'altitude sont évoqués par le député Lucien Voilin. La politique du Résident Baudouin devient le symbole des aspects sombres du système colonial. En 1927, le député communiste Marcel Cachin évoquera à nouveau "l'affaire".

  • Lente dégradation

    La route d’accès est interdite suite aux intempéries et aux glissements de terrain. Le « Bokor palace », inoccupé depuis plusieurs mois, a vu son intérieur fortement dégradé par l’humidité. Une dizaine de bungalows sont néanmoins aménagés à Popokvil.

  • Deuxième fermeture

    Le 8 mars 1972, Norodom Sihanouk est destitué par le général Lon Nol. La Cité du Bokor est à nouveau fermée.

  • Les Khmers Rouges au Bokor

    Les Khmers Rouges s’emparent du plateau et de la route de Bokor. Destruction des bungalows de Popokvil.

  • Un bataillon français au Bokor

    Un bataillon français de l’Apronuc (Autorité provisoire des Nations-Unies au Cambodge) occupe le Bokor et chasse les derniers Khmer Rouges. Une station de télécommunication est installée.

  • Retour des touristes

    Une station de police est attestée sur le site. Les touristes peuvent accéder au site par une très mauvaise piste

  • Sortie du film "City of ghosts"

    La scène finale de ce film de Matt Dillon avec Gérard Depardieu a été tournée au palace du Bokor

  • Lancement du "Bokor Mountain Resort"

    Le gouvernement confie pour un bail de 99 ans la jouissance du Bokor à la Sokimex Cambodia Investment Co. Ltd. Le projet de développement du site de 1 milliard de dollars US comprend la construction d'hôtels, d'un (nouveau) casino, golf, jardin botanique et de plusieurs milliers de villas. Le 19 janvier, les travaux sont officiellement lancés et la route est (à nouveau) fermée

  • Ouverture du Thansur Bokor Highland Resort

    Ouverture du nouvel hôtel Thansur Bokor Highland Resort hotel de plusieurs centaines de chambres.

  • "Un hôtel déserté"

    "Il [le Bokor] ne comprend qu'un hôtel important mais déserté, quelques abris couverts de tôle ondulée, et deux villas assez piteuses disséminées sur un vaste terre-plein rocailleux et sans arbres. Tout cela n'est pas très gai et explique la rareté des estivants, rebutés d'autre part par la fréquences des nuages qui obscurcissent ce coin d'Indochine pendant les trois quarts de l'année."

  • Sortie du film R-Point

    Ce film d'horreur sud-coréen dont l'action se situe pendant la guerre du Vietnam a été tourné presque entièrement au Bokor. Le palace y joue d'ailleurs très bien.

Chronologie du Cambodge

  • Protectorat français sur le Cambodge

    Le roi Norodom Ier place son pays sous la protection de la France

  • Monivong

    Le roi Monivong décèdera dans son "Palais Noir" du Bokor en 1941

  • Norodom Sihanouk, roi du Cambodge

    Le prince, qui n'a que 18 ans, règne sous le contrôle des Français

  • Première guerre d'Indochine

    La rebellion s'étend au Cambodge

  • Indépendance du Cambodge

    Norodom Sihanouk dirige le gouvernement.

  • Fin de la première guerre d'Indochine

    La rebellion Khmers Issarak dépose les armes ou se réfugie au Nord Vietnam

  • Guerre du Vietnam

    Une insurrection communiste éclate peu après au Cambodge, dégénérant en guerre civile

  • Coup d'État de Lon Nol

    Norodom Sihanouk est chassé du pouvoir. La république est proclamée.

  • Prise du pouvoir par les Khmer Rouges

    Les villes se vident et le Cambodge se ferme

  • Invasion vietnamienne

    Les Khmers Rouges se réfugient dans les zones reculées

  • Mise sous tutelle par l'ONU

    Création de l'Autorité provisoire des Nations unies au Cambodge (APRONUC)

  • Retour à la paix

    La mort de Pol Pot et la fin de la rebellion Khmer Rouge permettent au Cambodge de s'ouvrir à nouveau au tourisme et aux investissements