[Montagne de l'éléphant vue de Kampot] ANC 011

La montagne géante gardait son secret. L’attrait puissant de curiosité qu’elle exerçait à distance n’avait donc pu décider quelques hardis chasseurs indigènes à en conquérir la cime ? — Roland Meyer

Suite…
Villes sante MCI 180 crop

Les stations climatiques offrent aux Européens, pendant la saison chaude, des conditions de températures se rapprochant de la métropole afin d’éviter des rapatriements massifs et coûteux.

Le lit de la rivière de Popokvil

La montagne étonne par l’étrangeté de ses paysages et de ses rares habitants. Et  d’abord, quels étaient ces bonzes et ces nonnes annamites ignorés de tous, qui dissimulaient depuis des années  leurs retraites sur ces cimes désertes, disputant aux fauves les cavernes pour y dresser leurs autels?

Poste-Forestier-Popokvil-Photos-ANC

Un poste permanent est installé à Popok-vil dès 1917 afin de tester les possibilités de cultures de légumes et fruits “de France”.

Suite…
Bokor, en khmer ភ្ បូកគោ,  signifie « la bosse [kor] du zébu [bo] »
Ce qui règne au long de ces esplanades, c’est la nostalgie des abandons, c’est la douceur inquiète de ces parcs déserts où se complaît l’humeur de châtelains singuliers.
1930 marguerite-duras-des-images-qui-nous-parlent-d-elle,M145494

“Ils ont fait, les Blancs, une station qui s’appelait Bokor. Ils l’on faite avec les forçats. des forçats vietnamiens. J’ai occulté Bokor. Mais Bokor, ça faisait partie de la chaîne des Éléphants où j’allais avec mon frère pendant la sieste pour tuer les singes”